Le gouvernement acte le lancement du PIA 4, “entièrement dédié à l’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation”

Afin de soutenir l’innovation, le Gouvernement a bâtit un Programme d’investissements d’avenir simplifié (PIA4), prenant mieux en compte les réalités territoriales et répondant aux enjeux de la transition écologique, de la compétitivité et de l’indépendance de notre économie.

Avec 20 Md€ sur cinq ans, dont 11 Md€ dans le cadre du plan de relance, “ce PIA4 entièrement dédié à l’ESRI doit permettre d’armer notre pays pour garantir le maintien de sa compétitivité”, écrit le Premier ministre Jean Castex dans le dossier de présentation du programme, publié jeudi 7 janvier 2021.

Après l’hydrogène, le gouvernement annonce que le quantique, la cybersécurité et le volet “enseignement et numérique” bénéficieront de “financements exceptionnels” au titre des “stratégies d’accélération prioritaires”.
Par ailleurs, un nouveau comité de surveillance est mis en place.

Ce PIA4 accompagnera les projets innovants et les nouveaux modèles d’affaires ou d’usages porteurs d’indépendance, de résilience et de création de valeur pour l’économie nationale et l’ensemble des territoires ; en finançant le développement de la recherche, de la Propriété industrielle, des savoir-faire, des capacités industrielles de pointe, ou encore de technologies et services innovants pour le marché français et international.

 

CE NOUVEAU PIA FINANCERA 2 VOLETS :

12,5 MD€ POUR LE VOLET DIT “INNOVATION DIRIGÉE”

À travers ces stratégies globales, l’État finance “des investissements exceptionnels dans quelques filières et technologiques émergentes et prioritaires” : les technologies numériques, la recherche médicale et les industries de santé, les énergies décarbonées, l’agriculture responsable et la souveraineté alimentaire, les transports et mobilités durables, les villes de demain, l’enseignement numérique, les industries culturelles et créatives….

 

Quatre stratégies d’accélération déjà initiées par le gouvernement :

  • Le développement de l’hydrogène décarboné
    L’hydrogène décarboné est un vecteur énergétique “indispensable à la neutralité climatique”. Il permet de “verdir des secteurs entiers de l’économie, en particulier ceux pour lesquels l’électrification est impossible, dans l’industrie ou la mobilité”.
  • La cybersécurité
    Dans une société de plus en plus numérisée, la France et l’Europe “doivent se doter de capacités propres de cybersécurité, indispensables pour préserver la souveraineté et protéger les citoyens (données personnelles, libertés individuelles, objets connectés)”.
  • Le quantique
    La rupture technologique d’ampleur que promettent les technologies quantiques d’ici 5 ou 10 ans fait du soutien à ce secteur un “impératif économique et souverain”.
  • Enseignement et numérique
    Les enjeux de continuité pédagogique pendant le confinement ont remis en évidence la nécessité de disposer d’une stratégie “enseignement et numérique” de l’école maternelle à l’université.

 

11 stratégies nationales soumises à la consultation
Par ailleurs, le gouvernement a décidé “d’ouvrir à la consultation l’élaboration de 11 autres stratégies nationales dans les domaines suivants” :

  • Une alimentation favorable à la santé ;
  • Systèmes agricoles durables et équipements agricoles contribuant à la transition écologique ;
  • Le recyclage et la réincorporation de matériaux recyclés ;
  • Solutions pour des villes durables et résilientes ;
  • La décarbonation de l’industrie ;
  • Industries culturelles et créatives françaises ;
  • Digitalisation et décarbonation des mobilités ;
  • Santé digitale ;
  • Biothérapie et bioproduction de thérapies innovantes ;
  • Produits biosourcés et biotechnologies industrielles ;
  • 5G et futures technologies de réseaux de télécommunications.

 

7,5 MD€ POUR LE VOLET DIT “INNOVATION STRUCTURELLE”

Grâce à ce nouveau PIA4, l’état garantit ainsi un financement structurel pérenne et prévisible aux écosystèmes et organismes d’enseignement supérieur (Universités de recherche, laboratoire d’excellence…), de recherche et d’innovation (IHU, Institut de recherche technologique,…) pour faire de la France le terreau le plus fertile et attractif en Europe pour les étudiants, les enseignants, les chercheurs et les entrepreneurs.

Cet engagement de l’État permettra de “renforcer la dynamique impulsée il y a dix ans, de transformation et de regroupement des sites académiques (idex ou isite), la numérisation de l’ESR, le financement des laboratoires et programmes de recherche de grande ampleur (PPR, équipex, labex), l’effort en matière de recherche biomédicale (IHU et RHU), la consolidation des Satt et le soutien aux IRT et aux ITE.

 

Un PIA plus vert

“Au moins un tiers des investissements” du PIA4 seront en faveur de la transition écologique et énergetique. En ce sens, une grande partie des nouvelles stratégies d’innovation prioritaires du PIA4 seront “dédiées a la transition écologique, qu’il s’agisse de transformer les systèmes agricoles, décarboner l’industrie ou accompagner la transformation des villes”.